Manexi va construire une agence à Bruxelles ; l’Europe dans le viseur

Manexi va construire une agence à Bruxelles ; l’Europe dans le viseur

Manexi va construire une agence à Bruxelles ; l’Europe dans le viseur

Dans le cadre de son plan stratégique MANEXI 2022, Manexi (siège à Louveciennes /78 – bureau d’études et de diagnostics techniques – groupe Prunay /78 – effectif estimé : 50 – CA légal 2018 : 5 038 556€ – CA estimé 2016 : 5 000 000€) va renforcer sa présence sur le marché belge.

En effet, l’enseigne va construire d’ici trois ans une agence à Bruxelles, dans l’optique détendre son activité en Belgique et au Luxembourg.

A moyen terme, le réseau entend déployer son expertise dans la maîtrise des performances énergétiques et environnementales dans d’autres pays européens.

 

Zoomactu – 4 février 2020 – Thibaut GUILLOU

Eglantine de Cossé Brissac
WORDCOM Consulting
Tél. 01 45 44 82 65
Port. 06 65 58 92 19

Arrivée de Philippe POTTIER au sein d’Eurexo

Arrivée de Philippe POTTIER au sein d’Eurexo

Philippe POTTIER vient de rejoindre Eurexo en qualité d’expert RCCI (Recherche des Causes et Circonstances Incendie). Philippe est âgé de 56 ans, ancien Gendarme ayant œuvré à l’identité judiciaire et recherche de causes Incendies. Depuis 2012 il avait créé sa société de RCCI : SAS INCENDIUM basé à St Julien de Concelles (44). Depuis 2016 il est aussi télépilote de drone.

Enfin il reste Expert judiciaire inscrit cour appel Rennes uniquement au PENAL (pas au civil)
Philippe va permettre à Eurexo de proposer à ses clients une prestation en RCCI internalisée, et donc plus souple ; mais aussi des missions d’imagerie aérienne (tempête, grêle, et tout dossier pouvant impliquer le recours à cette technique).

Retour sur la conférence de présentation du Baromètre de la performance énergétique et environnementale des bâtiments, mardi 21 janvier 2020.

Retour sur la conférence de présentation du Baromètre de la performance énergétique et environnementale des bâtiments, mardi 21 janvier 2020.

Des consommations énergétiques en diminution mais loin des ambitions du Décret tertiaire.

Accueilli dans les locaux de la Caisse des Dépôts et des Consignations, l’OID a présenté ce mardi 21 janvier 2020 dans une salle comble la huitième édition du Baromètre de la performance énergétique et environnementale des bâtiments. Le Baromètre est disponible à ce lien.

La conférence a été introduite par Catherine MAYENOBESecrétaire générale du groupe – CDC, et animée par Loïs MOULASDirecteur général – OID.

Quentin DESLOTChef du bureau de la réglementation technique de la construction (QC1) – Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire / Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a présenté dans un premier temps les principaux éléments de l’arrêté tertiaire méthode. Cet arrêté définit les modalités d’application de l’article 175 de la Loi ELAN et du Décret tertiaire paru le 1er octobre 2019, dont l’objectif est de réduire la consommation énergétique finale des bâtiments tertiaires de 40% en 2030, 50% en 2040 et 60% en 2050. Cet objectif s’inscrit dans l’ambition de la Stratégie Nationale Bas Carbone, qui vise la neutralité carbone pour l’ensemble des activités en France en 2050. Cela correspond à ne plus avoir d’impact sur le climat, et de manière très opérationnelle, à diviser par 2 les consommations d’énergie en 2050 tous secteurs confondus.

Deux modes d’atteinte de l’objectif sont disponibles : un objectif relatif, et un objectif en valeur absolue défini par typologie de bâtiments. Ces valeurs seront définies dans un arrêté dit seuil à paraître au printemps 2020. Des modulations d’objectifs seront réalisées en fonction de l’intensité d’occupation ou en fonction de contraintes techniques, architecturales ou économiques. Les consommations énergétiques réelles des bâtiments seront à saisir annuellement sur la plateforme OPERAT à partir de 2021.

Oriane CEBILEResponsable des projets et coordinatrice – OID, a ensuite présenté les conclusions du Baromètre 2019 de la performance énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires, et depuis cette année, résidentiels. Les indicateurs sont calculés à partir d’une base de 19 500 bâtiments pour 42 millions de mètres carrés. Les consommations énergétiques des bâtiments de bureaux et des grandes surfaces alimentaires sont cette année encore en légère diminution par rapport à l’année passée. Cette diminution de 2% n’est cependant pas suffisante pour suivre une trajectoire répondant aux objectifs du Décret tertiaire, qui nécessiterait une baisse annuelle de 3% jusqu’en 2030 pour une année de référence fixée à 2013. Les bâtiments rénovés depuis 2008 ont une consommation inférieure aux bâtiments non-rénovés, cependant la rénovation énergétique doit s’inscrire dans le cycle normal de rénovation du bâtiment. La sobriété des usages et la bonne exploitation restent des leviers incontournables à mobiliser pour réduire les consommations.

Le déploiement des énergies renouvelables reste timide : pour 8% des bâtiments de bureaux renseignés est indiqué le recours à un contrat d’électricité verte pour tout ou partie du bâtiment, tandis que 2% des bâtiments de bureaux renseignés ont une production EnR sur site. A ce stade, les énergies renouvelables sur les bâtiments tertiaires relèvent plus de l’expérimentation que de la généralisation.

La répartition des consommations par usages a été présentée par Luc WELFRINGERResponsable du pôle énergie – Manexi. Pour les bureaux, près de 30% de la consommation est due aux usages spécifiques. En y ajoutant l’impact des occupants sur les consommations de chauffage et de refroidissement, on comprend tout l’enjeu de coordonner les actions entre bailleurs et preneurs à bail. Les bureaux à haute fonctionnalité technique et haut de gamme prestige ont des consommations plus élevées que les bureaux standard et des parts relatives liées aux usages spécifiques beaucoup plus importantes. La part des usages CVC dans les bureaux construits après 2000 est plus faible que dans les bureaux plus anciens, néanmoins le niveau total de consommation reste sensiblement le même.

Un retour d’expérience a été partagé par Yann DESVAUXManager environnemental adjoint, Direction de l’immobilier – ADP. Le parc immobilier d’Aéroport de Paris, 1 million de m² de bâtiments, sur les sites d’Orly, Roissy et bientôt Le Bourget, représente l’équivalent des consommations énergétiques de 200 000 habitants en 1 année et 97 % des émissions de CO2 du parc immobilier. Celui-ci est de typologie diverse : tertiaires, logistiques, gare de fret, hangars à avions, etc. et rassemble donc une multiplicité de fournisseurs d’énergie, ce qui rend la remontée des données difficile pour établir un reporting énergétique.

La politique énergétique d’ADP est de réduire de 7% les consommations énergétiques sur 5 ans, entre 2016 et 2020. Les mesures prises ont permis d’accélérer le mouvement, et d’atteindre 18% de réduction des consommations énergétiques au niveau de la direction immobilière. Les objectifs sont atteints peu à peu grâce au renouvellement du parc immobilier, à la déconstruction de vieux bâtiments énergivores et aux actions menées sur l’exploitation des bâtiments. Des actions majeures sur l’éclairage ont permis de réduire la part de ce poste dans la consommation. Des actions sont également menées sur les moteurs de pompage et CVC ainsi que sur les pertes (production et distribution énergétique).

L’exploitation et la conception des bâtiments ou en le développement de l’autoconsommation sont des pistes d’amélioration.

 

OID du 04 février 2020

Eglantine de Cossé Brissac
WORDCOM Consulting
Tél. 01 45 44 82 65
Port. 06 65 58 92 19

Afterwork ZAION du 4 février 2020

Afterwork ZAION du 4 février 2020

 

Valérie Berthereaux DG Eurexo était invitée à la fabrique pour témoigner de la mise en place d’un callbot Audrey développé par la société Zaion. Lors de son intervention Valérie a mis en avant la simplicité de mise en œuvre.

Aujourd’hui les technologies de reconnaissance de la voix fonctionnent et permettent donc de déployer des projets orientés satisfaction client autour des technologies callbot avec succès.

Eurexo pionnier en la matière avec le lancement du premier callbot en Mars 2018 compte aujourd’hui plus de 50 000 appels traités par mois.

 

Eglantine de Cossé Brissac
WORDCOM Consulting
Tél. 01 45 44 82 65
Port. 06 65 58 92 19